Les lauréats du concours de bourses 2016-2017

Le 2 juin 2017, le Laboratoire s’est réuni pour sa journée annuelle. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger sur les projets de l’équipe, mais aussi de mettre en valeur le travail des membres étudiants. Deux d’entre eux se sont d’ailleurs vus octroyer une bourse de recrutement et trois autres ont reçu une bourse de fin d’études. Laissez-nous vous les présenter.

Finissant au baccalauréat en histoire à l’Université de Sherbrooke (UdeS), Alexandre Leclerc entamera à l’automne une maîtrise sous la direction d’Harold Bérubé, professeur au Département d’histoire de l’UdeS. Intéressé par la désindustrialisation en milieu urbain, M. Leclerc compte étudier l’évolution des discours et des représentations du déclin économique à Montréal et à Trois-Rivières, entre 1967 et 1992.

 

Gabrielle Thériault est, pour sa part, étudiante à la maîtrise avec cheminement en informatique appliqué à l’histoire et travaille sous la direction de Léon Robichaud, professeur au Département d’histoire de l’UdeS. Par ses travaux de recherche, elle vise à développer des stratégies de simplification de l’indexation des archives photographiques à l’aide de technologies numériques.

Du côté des bourses de fin d’études, Simon Balloud achève une thèse réalisée sous la direction de Paul-André Linteau, professeur au Département d’histoire de l’UQAM et de Didier Poton de Xaintrailles de l’Université de La Rochelle. Ses recherches s’intéressent aux hommes d’Église français et à leur migration vers le Canada (1830-1914).

Josianne Dubé termine, quant à elle, une maîtrise en études françaises avec un cheminement en littérature et histoire du livre et de l’édition à l’UdeS. Supervisée par Léon Robichaud et Josée Vincent, professeure au Département des lettres et communications, Josianne analyse, à l’aide d’un système d’information géographique, l’évolution spatiotemporelle d’un corpus de librairies agréées entre 1966 et 1985. Elle y superpose trois facteurs: les transformations de la Loi de l’accréditation des libraires, le développement du réseau des institutions subventionnées et les fluctuations démographiques.

Sous la direction de Joanne Burgess, professeure au Département d’histoire de l’UQAM, Maude Labonté complète son mémoire en histoire. Sa recherche s’interroge sur les transformations des pratiques alimentaires au Québec entre 1950 et 1970, notamment à l’introduction d’aliments, de mets et de recettes ethniques.

Le Laboratoire les félicite et leur souhaite une bonne continuation!