Thématiques

Le programme de recherche du Partenariat Montréal, plaque tournante des échanges se décline en un ensemble de chantiers qui regroupe les chercheurs autour de thématiques et d’objets d’étude particuliers et convergents. Sept chantiers composent le programme, dont quatre thématiques et trois à vocation numérique. Les chantiers thématiques permettent à la fois la poursuite de projets « individuels » et les interactions fécondes entre ceux-ci. Les chantiers numériques réunissent des projets novateurs en sciences humaines numériques qui enrichissent les projets associés aux chantiers thématiques et leur fournissent un appui essentiel.

Estampe, Montréal, 1892, Musée McCord, M984.210

Au coeur d’une pratique citoyenne: institutions, territoires, acteurs

Projets associés


Le marché Sainte-Anne, le parlement et Montréal-Capitale : nouveaux regards et reconstitution 4D

Joanne Burgess, UQAM
Louise Pothier, Pointe-à-Callière, cité d’histoire et d’archéologie
Alain Roy, historien

Le site archéologique du marché Sainte-Anne et du parlement de la province du Canada est un haut-lieu de l’histoire de Montréal au 19e siècle. Alors qu’on envisage sa mise en valeur, le projet de recherche explore et fait connaître des dimensions méconnues de cette histoire, qu’il s’agisse de la construction et de l’usage commercial du marché, de son rôle central comme parlement, de son incendie et de ses conséquences, ainsi que des facettes multiples de Montréal comme capitale dans les années 1840. Pour ce faire, une approche multidisciplinaire, combinant des recherches en histoire, en archéologie, sur la culture matérielle et une modélisation 4D, favorise une appréhension globale du lieu pour lui redonner tout son sens.

Montréal, foyer culturel et intellectuel

Projets associés


Culture matérielle – Documentation d’entreprises de la fin 19e/20e

Cynthia Cooper, Musée McCord

Ce projet vise à approfondir la documentation d’objets issus des collections du Musée McCord que nous pouvons relier directement à un manufacturier ou à un commerce montréalais, dont la plupart sont situés dans le Vieux-Montréal. Les rares objets qui portent le nom d’une entreprise montréalaise ont une valeur exceptionnelle en tant que trace tangible des biens et produits offerts par ces acteurs économiques. L’expertise acquise par le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal dans la documentation de l’occupation des lieux commerciaux du Vieux-Montréal permettra de développer un contexte beaucoup plus riche qui alimentera une interprétation poussée de ces objets.

L’exposition Le Plateau de Michel Tremblay

Joanne Burgess, UQAM
Paul-André Linteau, UQAM
Nicole Vallières, BAnQ

Initié en 2013, ce projet visait à créer une exposition présentant un portrait visuel, textuel et sonore de lieux qui sont au cœur de la production littéraire de Michel Tremblay. L’accent a été mis sur le Plateau-Mont-Royal entre 1945 et le début des années 1960. Réalisée en collaboration avec BAnQ, l’exposition a été présentée à l’Espace La Fontaine et à la Grande Bibliothèque du 19 mai au 30 août 2015. Elle a aussi été accueillie par l’Hôtel-Dieu et par le Centre de recherche du CHUM en 2015 et 2016.

Parcours HistoryPin sur l’histoire de Montréal

Jean-François Palomino, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Le projet Parcours Historypin mené par BAnQ en partenariat avec le LHPM consiste en la mise en ligne et à l’épinglage d’images tirées des collections de BAnQ sur la plateforme Historypin, sous forme de quatre collections thématiques (gares, épiceries, commerces et industries) qui témoignent de l’histoire des lieux montréalais associés aux échanges commerciaux.

Penser la ville au Québec durant l’entre-deux-guerres : caractéristiques et évolution des représentations du monde urbain (1918-1939)

Harold Bérubé, Université de Sherbrooke

En 1921, le recensement effectué par le gouvernement canadien confirme que la province de Québec est majoritairement urbaine. C’est une transformation qui a des répercussions dans l’ensemble de la société et qui est loin de passer inaperçue. Ce projet de recherche a pour objectif de décrire et de comprendre comment évoluent, durant cette période de transition qui va de la fin de la Première Guerre mondiale au début de la Seconde, les représentations de la ville au Québec et quelles sont les impacts de ces représentations sur les pratiques liées à la gestion du monde urbain. Étudier ces représentations de la ville, c’est amorcer une réflexion plus large sur la façon dont est pensée la ville au Québec au XXe siècle. Ce projet mènera à la production de communications et d’articles.

Chas. E. Goad Co., Insurance plan of city of Montreal, Quebec, Canada, volume III, 1915, pl. 119

Pour un meilleur accès aux cartes anciennes de Montréal

Jean-François Palomino, Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Léon Robichaud, Université de Sherbrooke

Ce projet, mené par le Laboratoire en collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), vise à faciliter l’accès aux plans d’assurance-incendie de Montréal conservés et diffusés par BAnQ, par le géoréférencement des plans et par la mise en ligne d’une carte-index interactive.

Théâtre à Montréal, 1825-1930

Danielle Léger, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Puisant dans les collections patrimoniales et fonds d’archives de BAnQ, ce projet de diffusion documente le rôle clé joué par la métropole montréalaise en tant que cité du spectacle. On s’intéresse ici au domaine du théâtre, avec des incursions du côté de la musique, de l’opéra, du cirque et du cinéma. La période couverte va de l’inauguration du premier Théâtre Royal (1825) au tout début de la crise économique qui marquera les années 1930. Plus de 130 capsules illustrées sont diffusées sur le web sur les plateformes Historypin et Story Maps.

Montréal, laboratoire d’idées et de projets urbains

Projets associés


La suburbanisation n’est pas une nouveauté dans l’Amérique du Nord des années 1950, mais c’est durant cette décennie qu’elle se déploie de manière spectaculaire, à la fois dans l’espace urbain et dans l’imagination. Rapidement mise en scène au cinéma et à la télévision, analysée et critiquée par des journalistes et des sociologues, cette massification du rêve suburbain s’impose comme un phénomène majeur des « Trente glorieuses ». Cela dit, lorsqu’on arpente la géographie mémorielle québécoise de cette période, la banlieue se fait plutôt discrète. Dans le cadre de ce projet, cet angle mort de la mémoire collective québécoise a été exploré en analysant et en comparant les discours publicitaires élaborés dans les années 1950 et 1960 pour vendre aux Montréalais, anglophones et francophones, le rêve suburbain.

Le Golden Square Mile, espace urbain en mutation (1945-1980)

Harold Bérubé, Université de Sherbrooke

À partir du milieu du XIXe siècle, le (Golden) Square Mile s’impose comme l’espace résidentiel privilégié de la haute bourgeoisie anglo-montréalaise. À partir de l’entre-deux-guerres, cette position devient intenable devant le développement du centre-ville de Montréal et celui de nouvelles banlieues élitaires plus excentrées. Ce projet a pour objectif d’étudier et de comprendre les principales étapes de cette transformation ; d’identifier ses acteurs et ses mécanismes ; de mettre en lumière les jeux de pouvoir et les résistances qui ont marqué cette mutation urbaine. Ce projet mènera à la production de communications et d’articles, mais aussi à la géolocalisation et à la diffusion d’une partie des données rassemblées.

Montréal, plaque tournante du commerce et de l’industrie

Projets associés


Cette recherche s’inscrit dans le vaste projet Nourrir un quartier, nourrir la ville. Elle vise à mieux comprendre la commercialisation des produits alimentaires en milieu populaire montréalais, de 1947 à 1963, en même temps qu’à permettre la découverte d’un riche patrimoine archivistique. Le projet se concentre sur une partie d’un quartier aujourd’hui disparue, le quadrilatère formé par les rues Papineau-Wolfe, Dorchester (René-Lévesque)-Craig (Saint-Antoine).  Ce dernier subit des transformations majeures durant cette période.  À la lumière de ces changements, la recherche a pour objectif d’examiner la nature et l’évolution des commerces de l’alimentation ainsi que leur déploiement dans l’espace; d’identifier certaines caractéristiques des commerçants pour mieux saisir leur importance dans le tissu social d’un vieux quartier industriel situé non loin mais en marge d’un centre-ville. Le projet doit mener à la réalisation d’un article et l’utilisation des techniques novatrices de la géolocalisation favorisera la mise en valeur des résultats de la recherche.

Le projet du corridor du canal de Lachine vise à identifier et mettre en valeur les activités portuaires se déroulant entre les écluses de Montréal et de Saint-Gabriel. Ayant recours à de nombreuses sources documentaires, le Laboratoire a dressé, depuis 2012, un inventaire exhaustif et critique des activités de transbordement et d’entreposage du terminal portuaire du canal de Lachine. Afin de visualiser spatialement les changements de fonctions et d’activités pour les années retenues entre 1880 et 1970, cet inventaire fera l’objet d’une cartographie dynamique sur des plateformes numériques. Des recherches iconographiques et la réalisation de monographies compléteront le tout.

Gares patrimoniales : analyse et modélisation

Jean-François Drapeau, ministère de la Culture et des Communications

Léon Robichaud, Université de Sherbrooke

La modélisation des gares ferroviaires patrimoniales répond à des objectifs scientifiques en matière de développement et de diffusion des modèles 3D, tout en améliorant les connaissances sur les bâtiments dans une perspective de mise en valeur et d’aide à la décision. Le projet prévoit, en outre, l’intégration des modèles au  Répertoire du patrimoine culturel du Québec (RPCQ).

Exposition Nourrir le quartier, nourrir la ville

Nourrir le quartier, nourrir la ville

René Binette, Écomusée du fier monde

Joanne Burgess, UQAM

Éric Giroux, Écomusée du fier monde

Léon Robichaud, Université de Sherbrooke

Le thème Nourrir le quartier, nourrir la ville chapeaute un vaste programme de recherche et de mobilisation des connaissances. Ce programme se déploie en plusieurs volets complémentaires afin de retracer l’approvisionnement alimentaire de Montréal pendant près de 200 ans et cerner l’évolution de l’industrie de transformation alimentaire dans le Centre-Sud, lieu d’enracinement de l’Écomusée du fier monde.  Y sont réunis un projet consacré à la reconstitution de l’évolution sectorielle et spatiale de l’ensemble des industries alimentaires du quartier, une analyse approfondie de l’histoire de la compagnie Alphonse Raymond limitée et une étude de cas visant à comprendre la commercialisation des produits alimentaires en milieu populaire montréalais de 1947 à 1963. S’y greffent des projets numériques : l’élaboration d’une modélisation 4D du complexe industriel Raymond et la production d’un ensemble de cartes historiques interactives. Les résultats ont alimenté deux expositions et de nombreuses autres réalisations.