Projets terminés

De nombreux projets, réalisés pour la très grande majorité en partenariat, donnent vie à la programmation scientifique du Laboratoire. La liste présentée rassemble des projets collectifs au Laboratoire; des collaborations nées au sein du Partenariat Montréal, plaque tournante des échanges ou du Laboratoire; des initiatives de recherche fondamentale ou appliquée portées par des chercheurs universitaires ou par des organismes partenaires. Les fiches détaillées des projets offrent une vue d’ensemble des objectifs et du déroulement de la recherche ainsi que des réalisations associées.


La caricature éditoriale au Québec

Joanne Burgess, UQAM

Marie-Claude Larouche, Musée McCord

Dominique Marquis, UQAM

Roxanne Raby, Musée McCord

En 2008 et 2009, le Laboratoire a contribué à la mise en valeur de l’importante collection de caricatures du Musée McCord par le biais d’une exposition virtuelle. Par l’élaboration de mises en contexte historique des caricatures, le projet avait pour objectif de revisiter l’histoire des événements à travers les visions des caricaturistes et de pouvoir les comparer. Le Laboratoire a ainsi supervisé la création de huit dossiers thématiques. En 2017, le contenu de l’exposition Sans rature ni censure? Caricatures éditoriales du Québec, 1950-2000 est disponible via les collections Explore du site Internet du Musée McCord.

Complexe industriel Alphonse Raymond Limitée : volet modélisation

Joanne Burgess, UQAM

Éric Giroux, Écomusée du fier monde

Léon Robichaud, Université de Sherbrooke

Dans le cadre de ce projet, réalisé en collaboration avec l’Écomusée du fier monde, un modèle 4D du complexe industriel de l’entreprise Alphonse Raymond Limitée a été élaboré, ainsi qu’un environnement numérique interactif permettant d’explorer les diverses facettes et états de ce modèle. Le modèle 4D permet de formaliser la configuration géométrique du bâti et du site, ainsi que leur évolution respective. Jumelé à des documents d’archive, le mandat du modèle est de permettre à l’utilisateur de mieux connaitre l’entreprise et de mieux comprendre l’évolution de la configuration du site. L’environnement numérique a été conçu afin d’être mis à la disposition des visiteurs de l’Écomusée, via une borne interactive, dans le cadre des expositions « Confitures et marinades Raymond : Faites pour plaire! » en 2015-2016 et « Nourrir un quartier, nourrir la ville » en 2017-2018.

The Valentine & Sons Co., Ltd., Montréal, vers 1890, BAnQ, Collection Magella Bureau P547,S1,SS1,SSS1,D2,P895

Courir les magasins, de la rue au centre commercial

Joanne Burgess, UQAM

Normand Charbonneau, BAnQ

Ce projet, réalisé en collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec, visait à mettre en valeur des documents d’archives par leur intégration à un produit interactif en ligne. Une visite virtuelle, sous la thématique de la consommation québécoise au XXe siècle, a été créée à l’intention du grand public et, plus particulièrement, des élèves du secondaire.

Débuté en 2009, ce projet visait le développement, l’intégration et l’expérimentation de contenus et technologies mobiles à l’ancienne exposition permanente du Musée McCord, Simplement Montréal.  Dix courtes descriptions d’artéfacts ont été diffusées sous deux formats : des trames sonores intégrées au sein de clips vidéos produits spécifiquement pour consultation en salle d’exposition à l’aide de technologies mobiles ainsi que des fiches descriptives, disponibles dans la banque d’images du site Web du Musée McCord.

La suburbanisation n’est pas une nouveauté dans l’Amérique du Nord des années 1950, mais c’est durant cette décennie qu’elle se déploie de manière spectaculaire, à la fois dans l’espace urbain et dans l’imagination. Rapidement mise en scène au cinéma et à la télévision, analysée et critiquée par des journalistes et des sociologues, cette massification du rêve suburbain s’impose comme un phénomène majeur des « Trente glorieuses ». Cela dit, lorsqu’on arpente la géographie mémorielle québécoise de cette période, la banlieue se fait plutôt discrète. Dans le cadre de ce projet, cet angle mort de la mémoire collective québécoise a été exploré en analysant et en comparant les discours publicitaires élaborés dans les années 1950 et 1960 pour vendre aux Montréalais, anglophones et francophones, le rêve suburbain.

L’Écomusée du fier monde désirait mieux connaitre et comprendre le rapport que les visiteurs établissent avec les dispositifs numériques de l’exposition « Confitures et marinades Raymond : faites pour plaire! » (l’environnement 4D et les clips vidéos) afin d’éventuellement procéder à des ajustements dans la perspective de leur réutilisation au sein de d’autres expositions, notamment en vue de célébrer le 375e anniversaire de la fondation de la ville de Montréal en 2017. L’enquête réalisée à l’hiver 2016 visait à cerner la compréhension de la thématique de l’exposition par les visiteurs et leur appréciation générale, en portant une attention particulière aux dispositifs numériques.

Cette recherche-développement d’objet (Van der Maren, 2003) de type collaboratif, musées, écoles et université, a visé à contribuer à la définition d’intentions éducatives, à l’élaboration, à la mise à l’essai et à la validation d’actions éducatives muséales novatrices à destination des publics scolaires, tirant profit des technologies mobiles. Il a réuni deux institutions ayant fortement contribué à l’essor de la muséologie au Québec. Il s’agit du Musée McCord et du Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAMTL) qui développent une offre éducative et culturelle en univers social. Ce projet a aussi impliqué des écoles de la commission scolaire de Montréal.

L’exposition Le Plateau de Michel Tremblay

Joanne Burgess, UQAM
Paul-André Linteau, UQAM
Nicole Vallières, BAnQ

Initié en 2013, ce projet visait à créer une exposition présentant un portrait visuel, textuel et sonore de lieux qui sont au cœur de la production littéraire de Michel Tremblay. L’accent a été mis sur le Plateau-Mont-Royal entre 1945 et le début des années 1960. Réalisée en collaboration avec BAnQ, l’exposition a été présentée à l’Espace La Fontaine et à la Grande Bibliothèque du 19 mai au 30 août 2015. Elle a aussi été accueillie par l’Hôtel-Dieu et par le Centre de recherche du CHUM en 2015 et 2016.

Le Golden Square Mile, espace urbain en mutation (1945-1980)

Harold Bérubé, Université de Sherbrooke

À partir du milieu du XIXe siècle, le (Golden) Square Mile s’impose comme l’espace résidentiel privilégié de la haute bourgeoisie anglo-montréalaise. À partir de l’entre-deux-guerres, cette position devient intenable devant le développement du centre-ville de Montréal et celui de nouvelles banlieues élitaires plus excentrées. Ce projet a pour objectif d’étudier et de comprendre les principales étapes de cette transformation ; d’identifier ses acteurs et ses mécanismes ; de mettre en lumière les jeux de pouvoir et les résistances qui ont marqué cette mutation urbaine. Ce projet mènera à la production de communications et d’articles, mais aussi à la géolocalisation et à la diffusion d’une partie des données rassemblées.

Les grandes rues de Montréal

Dominic Duford, Ville de Montréal
Paul-André Linteau, UQAM
Jean-Claude Robert, UQAM
Mario Robert, Ville de Montréal

Réalisé en collaboration avec la Ville de Montréal, ce projet visait à présenter l’histoire d’artères majeures de Montréal. Des rubriques étoffées ont été réalisées à partir de publications, de sources et de documents tirés des archives de la Ville de Montréal, en plus d’être illustrées à l’aide d’images anciennes. Le corpus comprend une vingtaine de voies. Le site Internet des Grandes rues de Montréal fait partie du Répertoire historique des toponymes montréalais.

Angle des rues Sainte-Catherine et Pie-IX, Montréal, QC, 1916, Wm. Notman & Son, Musée McCord, VIEW-16184

Hochelaga-Maisonneuve en trois temps

Réjean Charbonneau, Atelier d’histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve
Paul-André Linteau, UQAM

Ce projet visait à nourrir le contenu historique des deux derniers volets d’une série de trois expositions portant sur l’histoire du quartier Hochelaga-Maisonneuve et développée par l’Atelier d’histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Les expositions Hochelaga-Maisonneuve en trois temps : 2e temps, Des années folles à l’après-guerre (1918-1950) et Hochelaga-Maisonneuve en trois temps : 3e temps, Les années citoyennes (1950-1990) ont respectivement été présentées au Musée Dufresne-Nincheri du 24 novembre 2010 au 24 avril 2011 et du 26 novembre 2014 au 19 avril 2015.

Le Parcours riverain de Montréal

Anne-Marie Dufour, Ville de Montréal

Dans ses outils de planification du territoire, la Ville de Montréal propose la mise en valeur des composantes patrimoniales du Parcours riverain, un réseau de chemins anciens témoignant de l’histoire du peuplement de Montréal le long des rives du fleuve Saint-Laurent, du lac Saint-Louis et du lac des Deux Montagnes, de la rivière des Prairies et du canal de Lachine. Le partage de la connaissance étant la première condition d’une mise en valeur, c’est dans cette optique que le site Internet du Parcours riverain a été lancé en 2013. Celui-ci diffuse des données historiques sur plus de 1000 éléments patrimoniaux – qu’ils soient ou non protégés par un statut – et offre des clefs d’interprétation et de mise en valeur du patrimoine en proposant différents regroupements géographiques ou thématiques. Ainsi, chaque élément est associé à des textes illustrés de photographies d’archives qui racontent l’histoire du développement des rives et des différents territoires riverains traversés.

Parcours HistoryPin sur l’histoire de Montréal

Jean-François Palomino, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Le projet Parcours Historypin mené par BAnQ en partenariat avec le LHPM consiste en la mise en ligne et à l’épinglage d’images tirées des collections de BAnQ sur la plateforme Historypin, sous forme de quatre collections thématiques (gares, épiceries, commerces et industries) qui témoignent de l’histoire des lieux montréalais associés aux échanges commerciaux.

raconterhistoirehieraaujourdhui_grand

Raconter l’histoire d’hier à aujourd’hui

Joanne Burgess,  UQAM
Isabelle Crevier, BAnQ
France Gascon, BAnQ
Fernande Roy,  UQAM

Initié en 2006, ce projet visait la préparation d’une exposition sur l’historiographie québécoise destinée à être présentée lors du Salon du livre de Montréal, du 16 au 20 novembre 2006. Présentée à l’intérieur du kiosque de BAnQ, une sélection d’artéfacts témoignait de la diversité des sujets qui ont retenu l’attention des historiens depuis le milieu du XIXe siècle.

Musée de la civilisation, collection du Séminaire de Québec, 1993.16156

La représentation de la ville dans les collections des Musées de la civilisation

Dany Brown, Musée de la civilisation
Joanne Burgess, UQAM

La représentation de la ville dans les collections des Musées de la civilisation a comme objectif de créer et diffuser un corpus iconographique des différentes villes du Québec  en puisant dans la banque d’images numérisées. La documentation du corpus et la création de  thématiques  conduit à de multiples propositions de mises en valeur. En 2017, dans le cadre de la stratégie numérique des Musées, la mise en ligne des collections comprendra une première diffusion des résultats de ce projet de recherche appliquée réalisé en partenariat avec le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal.

print-web-cartonpromo

Le syndicalisme enseignant

Éric Giroux, Écomusée du fier monde
Anik Meunier, UQAM

Réalisé en partenariat avec l’Écomusée du fier monde, la Centrale des syndicats du Québec, le Service aux collectivités de l’UQAM, le Groupe de recherche sur l’éducation et les musées et le LHPM, le projet visait à faire connaître l’histoire de l’enseignement et du syndicalisme enseignant par la préparation d’une exposition et d’un programme éducatif. L’exposition De l’idée à l’action : histoire du syndicalisme enseignant a été présentée à l’Écomusée du fier monde du 22 septembre au 4 décembre 2011. Une publication du même nom est lancée en 2012