Historique

Le Laboratoire est une équipe en partenariat née en 2006 pour promouvoir la recherche et l’expérimentation en histoire et en patrimoine urbains. Ses membres partagent les objectifs suivants : contribuer à l’avancement des connaissances et à leur diffusion, créer des lieux d’échange, s’engager dans la cité, former une relève en recherche partenariale et en histoire publique.

Le clocheton après les travaux de restauration de la toiture du Vieux séminaire de Saint-Sulpice, Denis Tremblay, 2012, Source : www.vieux.montreal.qc.ca

Le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM)  est né en 2006 dans le cadre du programme-pilote Impact du savoir dans la société (ISS) du CRSH en appui à la mobilisation des connaissances. Le LHPM s’est d’abord constitué comme équipe pour réaliser un ambitieux programme de recherche fondé sur des projets de recherche appliquée. Il a privilégié le partenariat entre chercheurs et représentants des organismes membres dans la conception et dans la réalisation de ce programme. Le LHPM a favorisé  la « coproduction », plutôt que la « traduction » ou le « transfert » des savoirs. Associés à l’ensemble de la démarche, les organismes partenaires ont aussi offert un soutien technique et financier à la diffusion des résultats des différents projets. Cette forme de collaboration s’est avérée exigeante, mais elle a généré  des résultats d’une grande qualité et adaptés aux attentes des partenaires.

Fort de cette expérience et reconnu pour la qualité de ses réalisations, en 2009, le Laboratoire s’est reconfiguré en intégrant de nouveaux membres et partenaires et en accordant une plus grande place à la recherche fondamentale.  Depuis cette date, il bénéfice d’un soutien financier du Fonds de recherche du Québec – Culture et Société, à titre d’équipe de recherche en partenariat. Ce financement, renouvelé en 2011 puis en 2016, a permis au Laboratoire d’élaborer un imposant programme de recherche autour de la thématique « Villes : espaces, cultures et sociétés », de construire de nouveaux partenariats et de consolider les anciens, de contribuer à la formation d’une relève en histoire et en patrimoine, et de soutenir un nombre important de réalisations scientifiques ainsi que des productions et événements culturels à l’intention des Montréalais.

Le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal est aussi le lieu d’ancrage et de coordination de nombreuses initiatives de recherche et de diffusion de ses membres chercheurs, dont plusieurs sont les récipiendaires de subventions du FRQSC,  du CRSH et d’autres organismes. Un grand nombre de membres et partenaires du LHPM sont aussi réunis au sein du Partenariat de recherche Montréal, plaque tournante des échanges : histoire, patrimoine, devenir qui s’est vu octroyer une subvention de Partenariat du CRSH (2012-2018). Depuis 2012, en effet, le programme de recherche et de mobilisation des connaissances du Laboratoire a connu une forte impulsion, et ses initiatives dans le domaine des humanités numériques se sont accrues : nouveaux outils, nouveaux projets de modélisation et de cartographie historique, nouvelles plateformes et nouveaux projets pédagogiques. Les ressources du Partenariat ont renforcé les compétences professionnelles du Laboratoire et engendré des retombées bénéfiques pour l’ensemble de ses membres, partenaires et étudiants.

En mai 2016, le Laboratoire fêtait ses 10 ans. L’anniversaire a été souligné par l’organisation d’un colloque sous le thème Histoire et patrimoine : état des lieux et perspectives. Cette rencontre scientifique fut l’occasion de formuler une première évaluation des avancées de la recherche dans certains des créneaux investis par le Laboratoire et de constater l’exceptionnelle synergie du partenariat entre l’université et les milieux culturels et communautaires.

Les célébrations du 375e anniversaire de Montréal en 2017 constituent un autre moment fort dans la vie de l’équipe, alors que tous ses membres sont sollicités à divers titres : expertises scientifiques, publications, expositions, conférences publiques, créations numériques, chroniques et manifestations culturelles sont au programme.