Labo 3.0

Le Laboratoire s’inscrit de plein fouet dans le courant de recherche des Humanités numériques. Il cherche à utiliser, développer et promouvoir des outils numériques novateurs qui permettent un réinvestissement de l’histoire et du patrimoine urbains. Il contribue aussi à une communauté de chercheurs internationaux par sa participation à des événements annuels d’envergure, tels que le Printemps numérique ou le Linked Open Data in Libraries Archives and Museums.


Une initiation aux données liées historiques

Le 11 avril 2016, le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM) a présenté un atelier sur l’utilisation des données liées en histoire intitulé «John Henry Walker en triplets! Modéliser un projet de recherche en histoire grâce aux données liées». L’activité a été  présentée par Philippe Michon, étudiant à la maîtrise en informatique appliquée à l’histoire à l’Université de Sherbrooke. Une vingtaine de participants ont été initiés aux grands concepts des données liées en normalisant une partie du travail du graveur John Henry Walker, matériel largement étudié par le LHPM dans le cadre de son projet de traitement d’un corpus d’images du fonds John Henry Walker du Musée McCord.

Après s’être familiarisés avec les notions de RDF, d’URI et de l’ontologie CIDOC CRM, les participants, provenant de différentes sphères des sciences historiques, ont utilisé l’outil de création d’arborescence CMAP afin de visualiser le potentiel associatif des données historiques. Malgré les défis que représente la maîtrise de la méthodologie entourant les données liées, les participants sont maintenant en mesure de comprendre les enjeux et les avantages que procure cette nouvelle méthode de structuration de l’information historique.

Le LHPM est fier de contribuer à l’accroissement de la connaissance et de l’utilisation des données liées dans le domaine de la recherche historique.

 


Le Partenariat de recherche Montréal, plaque tournante des échanges au LODLAM 2015

Le Linked Open Data in Libraries, Archives and Museums 2015 (LODLAM 2015) s’est tenu les 29 et 30 juin à la State Library of New South Wales à Sydney en Australie. Il s’agissait de la troisième édition, la première ayant eu lieu à San Francisco (2011) et la seconde à Montréal (2013) grâce, en partie, au soutien du Partenariat de recherche, Montréal, plaque tournante des échanges. Le LODLAM fonctionne suivant le principe d’« unconference », c’est-à-dire que des individus proposent des séances la journée même du colloque et en sont les animateurs. Ces derniers présentent rapidement leur idée, souvent en quelques phrases, pour ensuite favoriser les échanges entre les participants.

Le LODLAM 2015 s’est orienté autour de deux principaux enjeux concernant les usages des données liées. Les participants ont d’abord souligné la difficulté de convaincre les chercheurs en sciences historiques à s’intéresser aux possibilités du Web sémantique. Ils constatent aussi qu’il est présentement difficile de mettre sur pied des projets en données liées puisque les logiciels en sciences humaines n’offrent pas de solution clé en main.  Les échanges font également ressortir la nécessité d’avoir une définition du Web sémantique qui s’adresse directement aux chercheurs traditionnels. La deuxième problématique mise de l’avant par les conférenciers insiste sur l’importance de réfléchir aux différentes applications possibles des données liées dans un contexte de recherche et de diffusion. Les institutions sont aussi conviées à réutiliser les normes déjà en place afin de favoriser un réel partage des connaissances et permettre la mise en place de portails transdisciplinaires.

Philippe Michon, membre étudiant, a pu participer à cet événement grâce au soutien financier du Partenariat de recherche, Montréal, plaque tournante des échanges. Sa présence témoigne du  vif intérêt de l’équipe pour ce congrès et pour le développement d’une structure de données liées entourant l’histoire de Montréal. Pour connaître les principes et les défis techniques que posent les données liées, consulter le rapport de Philippe Michon ici.

lodlam_2015 lodlam_2015_1 lodlam_2015_2 lodlam_2015_3