Bernard Ouellet

L’univers urbain sino-montréalais entre 1950 et 2005 : adaptation et résilience
Doctorat en histoire, Université de Sherbrooke
Dir. Harold Bérubé

Détenteur d’une maîtrise en science sociale de l’Université d’Ottawa et actuellement doctorant en histoire à l’Université de Sherbrooke sous la direction du professeur Harold Bérubé, Bernard Ouellet concentre en ce moment ses recherches sur l’histoire urbaine récente de la communauté sino-montréalaise. Après avoir passé une dizaine d’années à enseigner en Asie du Sud-Est et avoir été en lien étroit avec plusieurs membres de la communauté sino-indonésienne, son intérêt pour l’émancipation de la communauté chinoise en contexte minoritaire s’est transposé, dans le cadre de ses recherches doctorales, à la situation sino-montréalaise. 

Sa thèse, intitulée L’univers urbain sino-montréalais entre 1950 et 2005: adaptation et résilience, veut ainsi offrir un portrait juste et détaillé des facteurs internes et externes à la communauté sino-montréalaise expliquant la réorganisation de leur géodémographie vers la périphérie urbaine depuis les années 1950. Sa thèse vise aussi à comprendre ses choix et décisions devant cette nouvelle morphologie urbaine, en cernant les enjeux qui ont mené au réaménagement de sa vie institutionnelle, économique, sociale et personnelle. 

À ce jour, une vingtaine d’entrevues ont été effectuées auprès d’une variété de membres de la communauté sino-montréalaise. Ces derniers sont principalement des immigrants qui proviennent de diverses régions d’Asie, bien que certains candidats soient nés au Québec. D’autres entrevues sont aussi à prévoir.  

La participation de candidats sino-montréalais permet de mieux connaître la communauté sino-montréalaise à travers les transformations urbaines du Grand-Montréal, de donner à la communauté l’occasion de s’exprimer sur le sujet et de raconter l’histoire selon sa vision de la réalité et d’offrir dans l’histoire urbaine montréalaise une place privilégiée à la communauté chinoise de Montréal.