Nouvelle parution

Le 13 avril 2017, le Laboratoire a souligné la parution de l’ouvrage Transposer la France. L’immigration française au Canada (1870-1914) publié aux Éditions du Boréal. L’événement s’est déroulé à l’UQAM en présence du recteur, M. Robert Proulx, de la Consule générale de France, Mme. Catherine Feuillet, de M. Jean Berner, directeur des Éditions du Boréal, et de nombreux collaborateurs et amis des auteurs.

Lancement de l'ouvrage Transposer la FranceLe livre est le fruit d’une collaboration étroite entre trois historiens de renom : Françoise Le Jeune, professeure d’histoire de la Grande-Bretagne et du Canada à l’Université de Nantes en France, Yves Frenette, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface de Winnipeg, et Paul-André Linteau, codirecteur du Laboratoire et professeur d’histoire à l’UQAM. Cette publication est inspirée d’un colloque sur les immigrants français tenu à Nantes en 2011. Les échanges entre les participants révélaient alors que des volets entiers de l’histoire de l’immigration française au Canada demeuraient encore inexplorés. Ce livre découle de ce constat et intègre, à la fois des résultats de travaux antérieurs et les nouvelles recherches réalisées par les auteurs.

Table-ronde Lancement Transposer la FranceLe lancement fut précédé d’une table ronde, présidée par la Consule, Mme Feuillet. Les auteurs ont pu y faire part de leur contribution respective à l’ouvrage. Mme Le Jeune s’est penchée sur les circonstances et les motivations qui ont poussé les Français à faire la traversée, tandis que monsieur Frenette a présenté les difficultés qui attendaient les immigrants à leur arrivée dans l’Ouest canadien. Pour sa part, monsieur Linteau a mis en lumière la contribution exceptionnelle des nouveaux arrivants à Montréal dans le domaine culturel et leur apport indéniable à la qualité de langue française dans le monde de l’édition et des publications.

Au moment des allocutions de clôture du lancement, M. Linteau s’est fait le porte-parole de ses collègues. Ils ont tenu à remercier leurs principaux partenaires, la Chaire de recherche du Canada sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface, le Laboratoire ainsi que l’équipe des Éditions du Boréal. Le recteur de l’Université, M. Robert Proulx, a profité de l’occasion pour souligner la qualité et la rigueur scientifique de ces chercheurs et leur contribution à  l’avancement de la connaissance historique.

Description selon les Éditions du Boréal :

Depuis quatre siècles, les Français n’ont jamais cessé de s’établir au Canada, mais leurs arrivées ont connu des rythmes très variables. On distingue trois grandes vagues migratoires : l’époque de la Nouvelle-France; la période 1870-1914; puis celle démarrant dans les années 1950 et se poursuivant aujourd’hui. Le présent ouvrage est consacré à la deuxième vague migratoire, une période très peu étudiée et pourtant au cœur de la Grande Migration transatlantique (1815 à 1930) qui a vu 50 millions d’Européens traverser l’Atlantique en direction des pays du Nouveau Monde. De 1870 à 1914, environ 50 000 Français sont venus s’installer au Canada. Si la majorité de ces nouveaux-venus choisit de s’établir en terre francophone, souvent à Montréal, bon nombre d’entre eux s’installent dans l’Ouest, sur les vastes terres agricoles de la Prairie. Et si on compte parmi eux un contingent important de religieux, chassés par les politiques anticléricales adoptées par la République française à partir de 1880, contingent qui allait profondément influencer le système d’éducation au Québec, ces Français se font aussi cultivateurs et ouvriers, enseignants, comédiens et chercheurs d’or. Pourquoi et comment ces Français prennent-ils la route du Canada? Où s’établissent-ils et comment s’intègrent-ils à la société canadienne? Telles sont les grandes questions soulevées dans cet ouvrage. Le livre s’ouvre sur une présentation d’ensemble de la migration française vers le Canada, de ses effectifs et de ses rythmes, mais aussi des facteurs qui l’ont façonnée. Il est suivi d’un chapitre où ce mouvement migratoire est vu de France. Pourquoi et dans quel contexte les Français partent-ils pour le Canada? D’où viennent-ils? Qui les recrute, avec quels arguments ? Quelle attitude adoptent les autorités françaises à leur égard? Viennent ensuite cinq chapitres traitant de chacune des composantes régionales du pays : les deux premiers concernent le Québec; un chapitre complet est consacré à Montréal, où s’implante et se développe la communauté française la plus nombreuse et la mieux organisée; le chapitre 4 traite de la présence française dans le reste de la province, un sujet encore mal connu; le cinquième chapitre étudie le cas particulier de l’Ontario; le chapitre 6 traite des trois provinces de la Prairie, où se dirigent une bonne moitié des immigrants français au tournant du XXe siècle; le dernier chapitre couvre les deux extrémités du pays, les provinces maritimes à l’est, la Colombie-Britannique et le Yukon à l’ouest.

Transposer la France (Linteau, Frenette, Le Jeune)