Anna Thirion

default_profile

Le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal et l’équipe Montréal, plaque tournante des échangesaccueillent la chercheuse postdoctorale Anna Thirion sur le projet de l’ancien Marché Sainte-Anne / Parlement du Canada-Uni jusqu’en août 2017. Elle est spécialiste de la restitution du patrimoine disparu sous la forme de maquettes numériques. Ses recherches se basent sur l’étude des vestiges matériels et l’examen des autres sources de l’architecture ancienne, et sur la mise en perspective de ces données avec les productions architecturales comparables.

Son doctorat en Histoire de l’Art recouvre les domaines des humanités numériques et des études médiévales. En 2015, elle a soutenu sa thèse de doctorat intitulée La “tribune” de Saint-Michel-de-Cuxa (Pyrénées-Orientales, milieu XIIe s.) essai de restitution numérique au service d’une nouvelle approche historique, iconographique et liturgique. En plus de sa formation universitaire, elle maîtrise les aspects techniques de la réalisation de maquettes numériques (matériels et logiciels) et s’intéresse aux processus liés à ce type de recherche. Ainsi, elle a notamment proposé une méthodologie inédite pour l’étude des fragments architecturaux et sculptés issus d’un édifice disparu en vue de leur anastylose et produit une maquette numérique qui rassemble près de 200 sculptures acquises par photogrammétrie.

Dans le cadre du présent projet de recherche, elle travaille en collaboration avec Nathalie Charbonneau à la restitution des différents états bâtis de l’ancien Marché Sainte-Anne / Parlement du Canada-Uni, édifice clé de la ville de Montréal au XIXe siècle et témoin disparu de l’histoire politique du Canada, sous la supervision conjointe de Joanne Burgess, Louise Pothier et Léon Robichaud.Pour ce faire, elle analysera les relevés laser réalisés lors des fouilles de la place d’Youville à la lumière des rapports de fouilles et des sources iconographiques (plans dressés au XIXe siècle, représentations du parlement avant son incendie) dans le but d’isoler les massifs correspondants aux fondations des bâtiments, à l’égout collecteur et à des parties de murs en élévation. Ensuite, elle tentera de déterminer à quelles campagnes de construction ou de modification appartiennent ces vestiges et de mettre en exergue les différences entre le projet de construction (documenté par des plans) et les vestiges conservés. Enfin, elle travaillera à l’élaboration d’une maquette numérique spatio-temporelle du marché-parlement. Les résultats de cette recherche seront intégrés à une plateforme numérique d’analyse et de diffusion, destinée à être utilisée comme outil de médiation par le Musée Pointe-à-Callière de Montréal.

Pour consulter certaines de ses publications