Jean-Philippe Carlos

Portrait de Jean-Philippe Carlos

Le rebelle traditionaliste: biographie sociointellectuelle de François-Albert Angers (1909-2003).
Doctorat en histoire, Université de Sherbrooke
Dir. : Harold Bérubé, Codir. : Stéphane Savard (UQAM)
Curriculum Vitae

Jean-Philippe possède un baccalauréat (2013) et une maîtrise (2015) en histoire de l’Université de Sherbrooke. Il poursuit actuellement des études doctorales dans le même domaine, sous la codirection d’Harold Bérubé (Université de Sherbrooke) et de Stéphane Savard (UQAM).

Lors de ses études à la maîtrise, Jean-Philippe s’est intéressé aux réseaux intellectuels indépendantistes québécois évoluant durant les décennies 1950 et 1960. Son mémoire, intitulé Contacts, échanges et ruptures : l’évolution du réseau indépendantiste québécois à travers ses revues (1956-1968), lui a d’ailleurs permis d’être finaliste au Prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant de l’édition 2016 du Prix du livre politique de l’Assemblée nationale du Québec. Plus largement, il s’est également intéressé à la reprise du discours tiers-mondiste par les élites intellectuelles québécoises durant la période de la Révolution tranquille. Dans le cadre de ses recherches doctorales, Jean-Philippe s’intéresse à la trajectoire intellectuelle de l’économiste nationaliste François-Albert Angers (1909-2003). Son projet de thèse, qui prend la forme d’une biographie sociointellectuelle, vise à mettre de l’avant le parcours, les idées et l’influence qu’a engendrés l’engagement de ce traditionaliste rebelle dans la Cité québécoise du 20e siècle.

Jean-Philippe est également le coordonnateur du projet de recherche dirigé par Harold Bérubé et Amélie Bourbeau, Une gouvernance municipale en construction dans un Québec en mutation (1900-1939). Plus récemment, il a organisé le colloque Nouvelles perspectives en histoire politique, qui s’est tenu à l’Université de Sherbrooke le 8 avril 2016. Enfin, son premier article scientifique a été publié au printemps 2016 dans la revue MENS. Revue d’histoire intellectuelle et culturelle sous le titre «Exprimer la conscience d’un peuple : le réseau des revues intellectuelles de droite et la question de l’indépendance nationale du Québec (1957-1968)».