Dhyana Robert

La criminalité féminine à Montréal sous le régime français
Maîtrise en histoire, cheminement en informatique appliquée à l’histoire, Université de Sherbrooke
Dir. Léon Robichaud

De retour au Québec depuis peu, Dhyana Robert a décidé d’étudier l’histoire à l’Université de Sherbrooke. Diplômée d’une licence en archéologie et histoire de l’art de l’Université de la Sorbonne – Paris IV en 2012, c’est sa passion pour les voyages et pour tout ce qui touche à l’histoire qui l’a poussée à compléter ce cursus. Après une année à l’Université de Sherbrooke, elle a complété une propédeutique et entame maintenant une maîtrise en histoire avec un cheminement de type recherche en informatique appliquée à l’histoire, avec monsieur Léon Robichaud comme directeur de recherche.

Intéressée par l’histoire judiciaire de la Nouvelle-France et par l’histoire des femmes, elle a choisi de combiner ces deux intérêts et de travailler sur la criminalité féminine à Montréal sous le Régime français. Ses recherches seront centrées sur des procès ; elle s’intéressera particulièrement aux grandes habituées des comportements déviants. Dhyana a choisi de se concentrer sur des habituées du tribunal accusées de crimes dans trois catégories : la prostitution (associée aux femmes à cette époque), la vente illégale d’alcool (activité à laquelle participent des personnes des deux sexes) et la contrebande de fourrures (activité généralement associée aux hommes).