Une initiation aux données liées historiques

Le 11 avril dernier, le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM) a présenté un atelier sur l’utilisation des données liées en histoire intitulé «John Henry Walker en triplets! Modéliser un projet de recherche en histoire grâce aux données liées». L’activité a été  présentée par Philippe Michon, étudiant à la maîtrise en informatique appliquée à l’histoire à l’Université de Sherbrooke. Une vingtaine de participants ont été initiés aux grands concepts des données liées en normalisant une partie du travail du graveur John Henry Walker, matériel largement étudié par le LHPM dans le cadre de son projet de traitement d’un corpus d’images du fonds John Henry Walker du Musée McCord.

Après s’être familiarisés avec les notions de RDF, d’URI et de l’ontologie CIDOC CRM, les participants, provenant de différentes sphères des sciences historiques, ont utilisé l’outil de création d’arborescence CMAP afin de visualiser le potentiel associatif des données historiques. Malgré les défis que représente la maîtrise de la méthodologie entourant les données liées, les participants sont maintenant en mesure de comprendre les enjeux et les avantages que procure cette nouvelle méthode de structuration de l’information historique.

Le LHPM est fier de contribuer à l’accroissement de la connaissance et de l’utilisation des données liées dans le domaine de la recherche historique.