Lire la ville à travers ses journaux: le cas de Montréal et sa presse à grand tirage (1868-1959)

Les praticiens de l’histoire urbaine utilisent presque systématiquement les journaux des métropoles qu’ils étudient comme sources. Si certains d’entre eux y vont d’une réflexion critique sur ces sources, cette réflexion demeure généralement superficielle, les journaux étant utilisés pour saisir différents aspects de la vie urbaine qui ne sont pas directement liés à la presse. Dans le cadre de ce projet de recherche, qui se situe au carrefour de l’histoire urbaine et de l’histoire culturelle, il s’agira d’analyser plus en profondeur les rôles que joue et la position qu’occupe la presse à grand tirage dans l’écosystème urbain.


Crieur de journaux dans la rue, vers 1905, Anonyme, 20e siècle, Musée McCord, MP-0000.586.112

Les praticiens de l’histoire urbaine utilisent presque systématiquement les journaux des métropoles qu’ils étudient comme sources. Si certains d’entre eux y vont d’une réflexion critique sur ces sources, cette réflexion demeure généralement superficielle, les journaux étant utilisés pour saisir différents aspects de la vie urbaine qui ne sont pas directement liés à la presse.

Dans le cadre de ce projet de recherche, qui se situe au carrefour de l’histoire urbaine et de l’histoire culturelle, il s’agira d’analyser plus en profondeur les rôles que joue et la position qu’occupe la presse à grand tirage dans l’écosystème urbain (Mackintosh, 2017). Plus spécifiquement, il s’agira d’explorer les quatre axes suivants :

  • La place qu’occupent très concrètement les journaux à grand tirage comme institutions dans la Cité, qu’il s’agisse de l’identité des propriétaires, éditeurs et journalistes, ou encore des bâtiments qu’occupent ces journaux et de leur localisation.
  • Le rôle que ces journaux jouent comme intervenants dans les grands débats politiques qui agitent la société urbaine, que ce soit comme voix distinctes via les pages éditoriales ou de leur rôle comme plateformes pour la voix d’autres acteurs individuels et collectifs (politique partisane et campagnes électorales, débats socioéconomiques sur les grandes problématiques urbaines).
  • Le rôle que ces journaux jouent comme sources d’informations sur la ville, ses quartiers, ses habitants, en faisant un outil central lorsqu’il s’agit d’apprivoiser la ville, de la comprendre et de la raconter.
  • Enfin, et de manière plus globale, la façon dont ces journaux permettent la diffusion des idées, des valeurs, du mode de vie urbain dans la société québécoise (Hays, 1993).

Ce projet en démarrage portera sur le cas montréalais, une métropole nord-américaine de taille moyenne, mais qui se distingue par sa population et sa presse bilingue, sur une période (1879-1959) qui couvre en bonne partie l’âge d’or de la presse à grand tirage en Amérique du Nord. Une première série de communications sur le cas de l’éditorialiste du journal Le Devoir Louis Dupire, actif de 1922 à 1942, devrait avoir lieu en 2019.

Le chantier sera l’objet d’une demande de subvention au CRSH à l’automne 2019.


Réalisations

Communications et conférences

  • BÉRUBÉ, Harold, « Lire la ville à travers ses journaux : le cas de Montréal et de sa presse à grand tirage (1879-1959) », Journée annuelle du LHPM, Montréal, 24 mai 2019.

Responsable

  • Harold Bérubé, professeur, Département d’histoire, Université de Sherbrooke