Le Laboratoire tient à féliciter…

Le Laboratoire tient à féliciter Francis Lapointe, Olivier Chiasson-Losier et Sonia Blouin, lauréat.e.s de son concours de Bourses d’excellence pour l’année 2022-2023! Leurs candidatures se sont démarquées par la grande qualité du dossier soumis.   

Afin de favoriser l’avancement des connaissances et les échanges scientifiques autour de ses axes de recherches et de récompenser l’excellence des jeunes chercheurs et chercheuses, le LHPM a décerné pour l’année universitaire 2022-2023 trois bourses d’excellence : une bourse de recrutement de niveau maîtrise d’une valeur de 1 500 $, une bourse d’excellence de niveau maîtrise d’une valeur de 1 500 $ et une bourse d’excellence de niveau doctorat d’une valeur de 3 000 $.   

Candidat à la maîtrise en histoire à l’UQAM sous la direction de Joanne Burgess, directrice du Laboratoire, Francis Lapointe est récipiendaire de la bourse d’excellence du LHPM de niveau maîtrise. Son projet s’intitulant « The necessity of importing pianos to Canada, is gone forever » : Le commerce musical à Montréal, 1820-1851 s’intéresse à la première génération de commerçants et de fabricants spécialisés en musique à Montréal entre 1820 et 1851. Ses recherches visent à comprendre et à analyser dans quelles conditions le commerce musical à Montréal a émergé, de cerner quelles en étaient les caractéristiques principales et d’identifier ses acteurs ainsi que son fonctionnement. De cette manière, il souhaite proposer une nouvelle lecture de cette période plutôt méconnue et revoir l’interprétation dominante de l’historiographie canadienne, tout en permettant également d’inscrire Montréal dans une perspective connectée de l’émergence du commerce musical à l’échelle internationale. Mentionnons également que Francis s’est mérité la Bourse BAnQ de soutien à la recherche – niveau maîtrise au concours 2022-2023. Il est aussi le récipiendaire, ex æquo avec Dominik Ukolov de l’Université de Leipzig, du Frederick R. Selch Award 2022 qu’il a reçu dans le cadre de la rencontre annuelle de la American Musical Instrument Society (AMIS). Celle-ci s’est déroulée du 8 au 11 juin 2022 au Centre national de musique de Calgary, où il présentait, le 11 juin, une communication intitulée George Hooper Mead : One of Canada’s First Instrument Makers, 1827-1851.    

Olivier Chiasson-Losier, candidat à la maîtrise en histoire à l’Université de Sherbrooke sous la direction de Léon Robichaud, membre de la direction scientifique du LHPM, a quant à lui reçu la bourse de recrutement de niveau maîtrise du Laboratoire. Son projet, La résolution des conflits à Montréal sous le régime français. Analyse spatiale du recours à la justice, vise à explorer le lien entre les conflits urbains et le rapport à l’espace parmi les habitants de Montréal au tournant du XVIIIe siècle grâce à l’étude de diverses archives judiciaires et à l’utilisation subséquente d’outils géomatiques. Son mémoire cherche ainsi à élargir les connaissances sur le rôle des institutions, notamment judiciaires, dans le développement urbain d’une ville en formation tandis qu’il s’intéressera plus particulièrement à l’appropriation de l’espace, défini par les autorités, par les habitants et au rôle des autorités judiciaires dans la résolution des conflits.    

Sonia Blouin, doctorante en histoire à l’Université de Sherbrooke sous la supervision de Léon Robichaud, membre de la direction scientifique du LHPM, et de Louise Bienvenue (Université de Sherbrooke) a pour sa part obtenu la bourse d’excellence du LHPM de niveau doctorat. Sa thèse, intitulée La danse orientale au Québec de 1950 à 2020 : un exemple de transfert culturel, a pour objectif de mieux comprendre le processus de transfert culturel de cet art vivant sexualisé – car socialement associé au « féminin » – issu d’une communauté immigrante marginalisée et de saisir, en retour, comment la culture montréalaise a façonné celui-ci. Son projet, s’inscrivant dans la lignée des études en histoire culturelle, cherche à mieux comprendre les perceptions genrées et orientalistes empreintes dans la mémoire et les mentalités collectives ainsi que leur influence dans le processus de transfert culturel, c’est-à-dire la sélection des informations, des discours et de la représentation de la danse orientale au Québec depuis son introduction, dans les années 1950, jusqu’en 2020.   

Toutes nos félicitations!