Montréal, plaque tournante des échanges présenté au Congrès du NCPH

going-public-with-digital-history

Le 18 avril 2013, Joanne Burgess, Léon Robichaud, René Binette et Mario Robert, tous chercheurs réguliers du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM), ont présenté le projet Montréal, Plaque tournante des échanges : histoire, patrimoine, devenir dans le cadre du congrès annuel du National Council on Public History (NCPH). Cette association, qui se réunissait cette année à Ottawa, a pour objectif d’encourager la diffusion de l’histoire, la recherche appliquée et la collaboration entre les historiens et les divers milieux de pratique.

La séance, intitulée Going Public with Digital History, avait d’abord pour objectif la présentation du projet Montréal, Plaque tournante des échanges : histoire, patrimoine, devenir, et de son équipe en partenariat. En lien avec la mission du NCPH, les chercheurs ont ensuite décrit la place du numérique dans le programme de recherche du projet et montré comment le numérique peut aider pour la diffusion de l’histoire au public. Cette démonstration s’est concrétisée par les présentations de deux cochercheurs et représentants d’organismes partenaires de l’équipe. Mario Robert, chef de la Section des archives à la Ville de Montréal, a  expliqué le mandat de son institution et ses initiatives pour valoriser son riche patrimoine archivistique. Il a présenté le projet de chronologie illustrée de Montréal qui offrira, en ligne, de nombreux atouts pour les professeurs, chercheurs et passionnés de l’histoire de la métropole. Pour sa part, René Binette, directeur de l’Écomusée du fier monde, a exposé les différents projets en partenariat développés au sein de son organisme. Il a insisté sur la contribution du numérique, et notamment de la modélisation 3D, aux recherches en cours sur le patrimoine industriel du quartier Centre-Sud de Montréal.