Le Laboratoire au 71e congrès de l’IHAF

©Institut d'histoire de l'Amérique françaiseOrganisé par le Département des sciences humaines de l’UQTR, le 71e congrès annuel de l’Institut d’histoire de l’Amérique française (IHAF) se déroulera du 18 au 20 octobre 2018. Le comité organisateur convie la communauté historienne à se rassembler pour réfléchir collectivement à la place de l’histoire dans la vie de la Cité. Plusieurs chercheurs et membres étudiants du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM) y participeront.

Le 19 octobre 2018, Émilie Girard, candidate au doctorat en histoire à l’UQAM et membre étudiante du Laboratoire présentera sa communication Victor Morin, l’historien commémorateur, lors de la séance « Qui écrit l’histoire ? ».

Au cours de la séance animée par Harold Bérubé, professeur adjoint à l’Université de Sherbrooke et chercheur régulier, Martin Drouin, chercheur collaborateur du LHPM proposera une communication intitulée Le patrimoine et la ville: protestations citoyennes et requalifications patrimoniales à Montréal.

Dans le cadre de la séance « L’histoire des institutions politiques », Alain Roy, chercheur régulier du Laboratoire ainsi que Pascal Di Francesco et Jordan Labarussias, membres étudiants, présenteront respectivement les communications De siège de gouvernement à capitale, de Kingston à Ottawa: les pérégrinations d’une capitale au passage à l’État libéral moderne, 1841-1866, L’écologie scientifique et l’exploitation des ressources cynégétiques: les transformations de la gestion faunique au Québec, 1961-1994 et L’affaire Roberts: le débat sur la liberté de la presse québécoise, 1922.

Sonia Blouin, membre étudiante du Laboratoire, mettra de l’avant ses recherches avec la communication Les métiers du métal dans une cité naissante: le cas de Montréal au 17e siècle, présentée au sein de la séance «Métiers et tissu social en Nouvelle-France ».

Le 20 octobre 2018, Dany Fougères, professeur au Département d’histoire de l’UQAM et membre du bureau de direction du LHPM, sera maître de la séance « Histoire et architecture, une culture matérielle d’hier à demain ».

Éliane Bélec, candidate au doctorat en histoire à l’UQAM et membre étudiante du LHPM, contribuera à la séance « Qu’est-ce que commémorer veut dire ? » en présentant la communication La commémoration des 250 ans de la synagogue Spanish & Portuguese de Montréal: réflexions de deux historiennes avec Yolande Cohen, professeur en histoire à l’UQAM.

Jean-Philippe Carlos, candidat au doctorat en histoire à l’Université de Sherbrooke et membre étudiant du LHPM, prendra part à la séance  « L’historien.ne devant sa culture politique » avec sa communication «Le temps des revues est peut-être passé?»: les réseaux intellectuels indépendantistes face au Parti québécois, 1967-1971.

Quant à Julie Bérubé, membre étudiante, elle participera à la séance « Vulgariser l’histoire : terrains et enjeux »avec sa communication Histoire numérique et hypertextualité: réflexions exploratoires à partir de la collection numérique du Musée du Montréal juif.

Le Laboratoire se réjouit de ces nombreuses contributions à venir qui enrichiront certainement ce rendez-vous de la communauté historienne québécoise.